>
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Oubliettes ouvre à nouveau ses portes ; nous vous souhaitons la bienvenue.
Merci d'éviter de privilégier les Sang Purs.

Partagez | 
 

 with a thousand lies, and a good disguise ; tis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




Date d'Inscription : 21/08/2011
Messages : 621

MessageSujet: with a thousand lies, and a good disguise ; tis.   Lun 19 Aoû - 22:46


briséis.


Tom observe autour de lui ; air suffisant sur le visage. Il scrute l'attroupement qui s'est formé devant la porte avec attention, comme paraissant chercher quelqu'un de particulier. Quelque peu en retrait, il observe adossé contre l'un des murs ; la tête haute il va jusqu'à étirer ses lèvres en un mince sourire en coin lorsque quelqu'un croise son regard. C'est ce sourire qui vous rappelle bien de vous méfier où vous posez les yeux. C'est comme s'il murmurait à l'oreille de l'intéressé Prends garde, je suis là. Je suis là, et je t'observe ; je t'observe, et si je décide que tu me déplais c'en est fini de toi. Et sans prononcer un seul mot ; sans proférer la moindre menace. Il a ce quelque chose dans le regard, qui parle généralement pour lui. La plupart se contentent de détourner les yeux et reprendre leur discussion, évitant néanmoins soigneusement de lui rappeler leur présence. Certains semblent sentir un danger dans son attitude désinvolte, sa mine presque joyeuse. Même ses camarades de maison, après qu'il leur ait signifié d'un geste souhaiter un minimum de tranquillité, se sont docilement éloignés. A le côtoyer le plus souvent, ils sont peut-être finalement les plus habitués à ses changements soudains d'humeur, et ses moues hypocrites.

Mais Tom est plutôt satisfait ; satisfait que ce soit ce jour. Satisfait d'être de retour chez lui. L'année débute à peine, qu'il est déjà plein de projets soigneusement mûris durant l'été, et n'ayant pas le moindre rapport avec les examens qui l'achèveront. Il s'arrête un instant sur une tignasse blonde ayant attiré son attention, passant sa langue sur ses dents. Cela aussi, possède son propre plan. Cela aussi, sera bientôt réglé. Sa main dans sa poche caresse la baguette en bois d'if, qu'il chérit plus que tout au monde.
Eh, Tom. Il paraît que t'es Préfet maintenant ? Dérangé il baisse le regard sur l'insigne qui brille en évidence sur sa propre veste. Déglutit lentement. Quel sens de l'observation. Regard froid et ton ironique. Écoute, je m'demandais, tu pourrais.. Euh, oui, on verra ça plus tard.
Soulagé, Tom acquiesce à lui même. Il ne supporte pas de voir le flux de ses pensées interrompu, surtout par quelque chose d'aussi insignifiant. Évidemment, qu'il est Préfet. C'était si évident, qu'il n'avait pas ressenti la moindre surprise en découvrant la lettre, ainsi que le petit insigne aux couleurs de l'école, dans l'enveloppe. Comme s'il pouvait en être autrement. Et évidemment, que l'autre petit imbécile n'aura pas droit à une quelconque faveur de sa part. Le Serpent compte bien réserver ce genre de traitement - de façon plus que modérée ; distillée au compte-goutte -, à ceux qui possèdent quelque chose à lui apporter, volontairement ou non. Il les trouve stupides, à oublier aussi fréquemment que rien n'est gratuit, et encore moins avec Tom Jedusor. Il lui arrive même parfois de se demander comment il lui est possible d'en berner autant, à moins d'être un véritable génie. Ce qu'il est, indéniablement.

Fait qui ne l'aide, actuellement, pas franchement à saisir pourquoi il se retrouve contraint à patienter ici depuis plusieurs bonnes minutes déjà. La Répartition s'annonce suffisamment longue, sans avoir besoin d'en rajouter avec une attente sans raison apparente. Tom ne supporte pas de perdre du temps ; il n'en a toujours que trop peu, en comparaison avec tout ce qu'il doit accomplir. A présent il possède trois années devant lui, trois années pour préparer tout ce qui doit l'être et plus encore. Trois années pour se débarrasser des alliés dont la tendance à devenir gênants n'est plus à faire ; trois années pour se constituer une solide petite troupe. Trois années pour affiner ses recherches, et aiguiser son savoir. En clair, trop peu de temps à ses yeux. Que n'aurait-il pas donné pour pouvoir se trouver en plusieurs lieux au même instant. Il faudrait qu'il se penche sur la question, lorsqu'il aura le temps. Pour le moment, en parlant d'allié gênant.
Briséis.
Froidement, il l'interpelle lorsqu'elle passe devant lui ; suffisamment haut pour qu'elle ne puisse faire mine de ne pas l'entendre. Indifférent au fait qu'elle risque, comme à son habitude, se trouver d'une humeur de dogue, il attend calmement qu'elle vienne à lui. De toute façon, elle doit être si flattée qu'il lui adresse la parole en public, peu importe le ton qu'il emploie pour l'apostropher. Il croise les bras, la détaillant avec une certaine attention. Il sait que la moue de la jeune fille plaît énormément, sans vraiment comprendre pourquoi ; quoi que cela ait quelques avantages. Lui la hait tout autant que les Sang-de-Bourbe, et ne la tolère que grâce à ce nom qu'elle a eu le malheur de porter. Peut-être également car elle est grandement malléable, en effet. Pourtant, la simple idée que quelqu'un puisse partager son sang, son héritage, son prestige, rend son regard glacial en sa présence, et ses envies de l'éliminer plus que fréquentes.
On ne prend plus la peine de dire bonjour ? Sourire moqueur. Il a eu le plaisir de ne pas la croiser dans le train. C'est impoli. Il a faim. Tom déteste cette sensation.
Il ne compte pas s'éterniser ; simplement lui rappeler d'entrée de jeu qu'il y a des règles, auxquelles elle doit se vouer. Ses règles. Il crève d'envie pour une tranche de pain grillé ; une tartine à la compote, peut-être. Il ne supporte pas d'avoir faim, c'est pire encore qu'avoir sommeil. Il sait toujours combien de temps exactement dormir, pour ne pas être fatigué sans toutefois y sacrifier de temps. Tandis que cela, il ne peut sur l'instant strictement rien faire, à moins de faire venir quelque chose des cuisines. Ce qui ne serait pas franchement apprécié. Il observe platement sa cousine ; elle ne doit pas oublier ce qui se passera si elle trahit. Il ne le lui a jamais clairement exposé, pourtant il estime la menace sous-jacente derrière chacun de ses mots suffisamment clair. S'il passe un certain temps à s'assurer l'avoir de son côté, aidant même à sa 'popularité' si l'on veut, il lui semble évident qu'il ne pardonnera pas d'écart, surtout si celui-ci lui fait risquer gros.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

with a thousand lies, and a good disguise ; tis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Cozy Wrap Simply Good
» Produits Good Gout
» Qui est Cécile de Oliveira, l’avocat de Lies Hebbadj?
» Cereal Lover (Let the Good Times Roll)
» DEMIUS ¤ thousand shades of grey
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oubliettes :: Poudlard :: Rez de Chaussée :: Hall d'entrée-