>
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Oubliettes ouvre à nouveau ses portes ; nous vous souhaitons la bienvenue.
Merci d'éviter de privilégier les Sang Purs.

Partagez | 
 

 you're gonna go far, kid の tej.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




Date d'Inscription : 21/08/2011
Messages : 621

MessageSujet: you're gonna go far, kid の tej.    Mar 16 Avr - 20:01


tom elvis jedusor
« citation citation citation citation citation »

SERPENTARD • LORD VOLDEMORT • FT. GASPARD ULLIEL
.

NomJedusor, pour son plus grand malheur. Prénom(s) Il s'appelle Tom, Elvis, en hommage à son père et son grand-père. Date de naissanceIl est né le 31 décembre 1926. ÂgeIl est âgé de seize ans. SangIl est, malgré ses illustres ancêtres, de sang mêlé. Origine(s)Il est anglais. Métier/AnnéeIl étudie en cinquième année à Poudlard. MaisonIl est évidemment chez les Serpents.
BaguetteSa baguette est faite en bois d'if, mesure 33,75 cm, contenant une unique plume de phénix. Balais Il ne s'approche pas de ces choses là. EpouventardSon Épouvantard représente son propre cadavre. PatronusIl ne sait pas faire de Patronus. Amortentiaécrire ici Capacité spécialeFourchelang. CréditsTumblr.
ANECDOTES
il descend des Peverell, des Gaunt et de Salazar Serpentard • il aime la compote • il estime qu'être 'un de ses caprices' est un immense honneur • il ne sait absolument pas voler sur un balai • il parle parfois lorsqu'il dort • il aime que le temps soit couvert • il pense être le seul à connaître la salle sur demande • "Une fille ? Mmh, je ne connais pas ce Pokemon." • il garde des souvenirs de ses méfaits • il se lève à six heures cinq précisément chaque matin • il déteste se répéter • il estime que les poufsouffle sont là uniquement pour servir les serpentards • son nom de scène provient d'un anagramme •





    Tom, c'est comme cette personne que vous voudriez garder derrière une vitre, autant pour pouvoir l'observer en toute sécurité que pour vous en protéger. Un peu comme ces tigres, qui sont beaux de loin comme de près, mais extrêmement redoutables. Pas qu'il ait quelque chose d'un tigre, bien au contraire. Il est l'incarnation même de sa maison, et de l'animal qui la représente. Un serpent, c'est bien ce qu'il est, à la vérité. Intriguant, mauvais et fourbe. On dit d'ailleurs qu'il leur parle, aux serpents. Comme Salazar Serpentard, à ce qui paraît, vous voyez le genre ? Ça, par exemple, c'est pas rassurant. En même temps, Jedusor, il n'est pas vraiment rassurant. Même quand il sourit, c'est presque plus effrayant. Tout d'abord, parce que c'est rarement un sourire franc. Il est plus du genre à user et abuser du rictus mauvais, du sourire sardonique ou en coin, enfin bref, de toutes ces choses qui vous font sentir plutôt mal. Et puis, il n'y a qu'à voir son regard. Même quand il sourit, ou qu'on le surprend à rire, ce qui honnêtement, n'arrive pratiquement jamais, il reste glacial. Pire que le pôle nord, ouais. Sans mauvais jeux de mots, c'est à faire froid dans le dos. On n'ose même pas tenter d'imaginer quelles pensées se trouvent derrière, c'est sûr. Il a sûrement quelque chose de sadique, voir quelqu'un souffrir, il doit aimer ça, c'est obligé. Il a bien cet air des méchants de vieux livres, enfin quand il ne fait pas attention. Car en général, et aux personnes qu'il faut, il présente toujours une façade totalement parfaite, qui ne laisserait sous aucun prétexte montrer qui il doit être vraiment. Il sait qui flatter, quand et comment, pour obtenir ce qu'il désire. Je ne pense pas qu'il y ait grand chose qui puisse l'empêcher d'atteindre son but, lorsqu'il s'en fixe un. Il doit plutôt être de ceux qui écrasent sans remords ce qui se trouve sur sa route. Mais tout en finesse. Il ne se laisse pratiquement jamais emporter, étant plus apte à tout prévoir et calculer. Vous ne savez jamais s'il est vraiment honnête avec vous ou non, c'est pourquoi il faudrait peut-être se méfier un minimum. Mais il est extrêmement charismatique, alors finalement, vous craquez, et finissez par le croire, surtout qu'il sait exactement ce que vous voulez entendre. Honnêtement, c'est un gars hyper intelligent, je ne pense pas qu'on puisse passer à côté. Beaucoup de garçons le suivent, de nombreuses filles l'adulent, et presque autant le détestent. Il peut se montrer froid et distant avec ceux qu'il considère comme indignes de son attention, et puis, ses idées sont franchement arrêtées. Il est extrêmement porté sur la pureté du sang, ce qui peut s'avérer un peu ridicule puisqu'il vient d'un orphelinat moldu, mais n'allez pas le lui faire remarquer, il risquerait de très mal le prendre, si vous voyez ce que je veux dire. Et si vous ne voyez pas pour le moment, patience, ça ne saurait tarder, à mon avis. Il s'est constitué quelque chose comme une petite bande à Poudlard, et ils n'ont pas l'air très nets, si vous voulez tout savoir. Tous des types de Serpentard, sang pur, et aussi barges que lui, ou à peine moins. Ils le suivent aveuglément, presque comme des chiens, allez savoir ce qu'il leur a fait. Ils ont quelque chose avec la magie noire, tout ce qui est interdit, et.. Enfin, vous comprenez. Sincèrement, si j'étais vous, je m'approcherais pas trop de Jedusor et sa bande.



Ton prénom/Pseudoeris / pomme Ton âge ça n'change pas Fréquence de connexiongenre tous les jours Comment avez-vous connu le forum ?y'a tellement longtemps Ce que vous en pensez Un mot pour la fin ?[22:04:23] Iris: Bah si tu vas à la piscine tu seras pas sèche, ça c'est sûre (a)


Dernière édition par Tom E. Jedusor le Jeu 18 Avr - 18:22, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Date d'Inscription : 21/08/2011
Messages : 621

MessageSujet: Re: you're gonna go far, kid の tej.    Mar 16 Avr - 20:01


MOn histoire
« citation citation citation citation citation »




Il est assis à même le sol crasseux, le dos appuyé au mur de pierres froides. Cela fait plus d'une heure qu'il n'a pas bougé, ni prononcé le moindre mot. Il se contente d'observer d'un regard totalement vide, et inexpressif. Le feu est trop éloigné pour que sa chaleur puisse l'atteindre, pourtant il ne frissonne pas. Parfois un enfant passe devant lui, le regarde. Tantôt avec hostilité, tantôt avec crainte. Une adulte est déjà venue le voir, est restée plusieurs longues minutes à lui parler, effrayée par son absence visible. Elle a fini par renoncer lorsqu'il a enfin esquissé son habituel sourire en coin, moqueur. Des pas résonnent sur les dalles. Quelqu'un entre ; il s'en moque. Cet endroit l'ennuie au plus haut point. Il voudrait en sortir. Les autres enfants sont stupides, et sans le moindre intérêt. Il se sent tellement au-dessus d'eux, que c'en est agaçant. La femme ouvre des placards dans un grincement. Elle dépose plusieurs boîtes sur la table en bois, près de la gasinière. Jette un regard intrigué, puis agacé, à l'enfant installé dans son coin. Tu n'as pas à rester là, Jedusor. Elle soupire devant l'absence de réponse, de répartie trop intelligente pour son âge, et continue d'amasser ses ingrédients. Il ne sait pas trop pourquoi il regarde cela. Quelle importance y a-t-il là ? Il se moque bien de la cuisine. Il se moque bien de tout ce qui se passe dans ce fichu établissement. Il ne compte pas passer sa vie dedans. En aucun cas il ne restera. Il sait qu'il vaut mieux. Il fera de grandes choses, il le sait déjà. Il l'a toujours su. Tout le monde l'évite, ici. Honnêtement, ça l'arrange bien. Il a horreur de ces imbéciles, horreur de devoir les supporter. Leur parler ? Pire qu'une corvée. A cause de quelques actions plutôt amusantes pour le coup, ils ont peur de lui. Ils murmurent parfois des 'monstre' sur son passage, ou lorsqu'ils parlent de lui. Ils baissent la voix, espérant qu'il n'en saura rien. Il entend, et esquisse à leur encontre son habituel sourire. Ils savent qu'il est généralement synonyme de représailles, enfin ils le croient. Quitte à être stupide, autant aller jusqu'au bout, hm. La femme a posé des oeufs à côté du reste, elle a même sorti quelque chose comme un grand bol, un gros saladier. Un plat à gâteau. C'était à prévoir. Elle glisse parfois un regard vers lui, comme pour vérifier qu'il n'a pas bougé. Il glousse faiblement. Même elle, elle a peur qu'il fasse quelque chose. Il a récemment découvert qu'il pouvait même se faire obéir des animaux. Est-il au moins quelque chose d'animé, ici, qui ne soit pas dans ce même cas ? C'en est ennuyeux, à force. Il n'a après tout jamais demandé à venir ici. Elle ouvre une boîte en fer, vide une partie de la poudre blanche qu'elle contient dans son récipient. Trois cent grammes de farine, presque exactement, auxquels elle ajoute deux petites cuillères d'une seconde poudre. C'est de la levure. Ensuite, les oeufs.. Le ton est presque doux, elle joint le geste à la parole. Casse ses trois oeufs, leur contenu tombant sur la poudre. Elle a suivi son regard. Doit avoir une vingtaine d'années, semble aussi régulièrement que lui se demander ce qu'elle peut bien faire ici. A l'aide d'une grande cuillère en bois elle se met à mélanger la mixture ; ses mains s'agitent avec l'habitude des choses, elle fredonne. Pour cesser de réfléchir, sûrement. Semble satisfaite du résultat, ajoute la mesure de lait qu'elle a précédemment mise de côté. Se remet à mélanger, avant d'ouvrir un nouveau placard qui s'ouvre avec les même désagréable bruit que les précédents. Une bouteille contenant un liquide ambré. Elle en ôte le bouchon de ses doigts experts, attrape un verre et en verse 'deux doigts'. Le porte à ses lèvres, boit d'une traite. Soupire doucement. Tu veux goûter ? Juste un peu. Sans attendre de réponse elle s'approche, en sert un peu dans le verre, le dépose près de lui. Il n'a jamais bu d'alcool, il a d'autres manières de s'enivrer, déjà à son jeune âge. Elle continue, sortant du sucre d'une seconde boîte en ferraille, et le mélangeant avec le reste. Lui observe tantôt la jeune fille qui continue de chantonner, tantôt le verre près de ses jambes. Il s'ennuie. Le saisit lentement, y trempe ses lèvres. Le goût est assez fort, mais il ne saurait déterminer si c'est agréable ou le contraire. Elle a fait fondre du beurre dans une petite casserole, et l'y verse également. Il reboit une minuscule gorgée. Il n'aime pas tellement ça, finalement. C'est une boisson stupide, uniquement crée pour faire tourner la tête. C'est inutile. Tout comme les trois pommes qu'elle épluche soigneusement. Elle est plutôt gentille, cette fille, juste un peu bête. Comme tous les autres, en somme. Son regard vers lui s'adoucit au fur et à mesure qu'elle coupe les fruits ; il pourra peut-être en faire quelque chose, finalement. Cela peut être utile, d'avoir quelqu'un de l'orphelinat dans sa poche, pour ainsi dire. Elle en a fait des lamelles, et les incorpore à ce qui doit être sa pâte. A présent elle a mis de la farine, du sucre et du beurre fondu de côté, et les mélange à leur tour dans un petit bol. Elle forme des petits morceaux, comme si elle faisait un crumble, ou quelque chose comme ça. Elle est plutôt soigneuse dans ce qu'elle fait. Elle a beurré son plat, y a versé le contenu de son premier saladier. Dispose ensuite les.. Choses, faites avec le sucre et le reste, au-dessus de la pâte. Prend le plat, ouvre de son mieux la lourde porte du four de sa main libre, et le dispose sur la grille. Elle le referme, essuie ses mains sur sa robe désormais plus beige que blanche, et pousse un profond soupir. Elle passe ses doigts dans ses cheveux, et finit par se retourner vers lui. Lui sourit tout doucement. Tu devrais remonter. Ils ne vont pas être très contents s'ils te voient ici. Il se relève lentement, hochant légèrement du chef, un sourire aimable à présent, aux lèvres. Ramasse le verre à demi bu, le lui tend. Penche quelque peu la tête de côté. Tu m'en garderas un morceau, Ellie' ? Une expression d'enfant tout à fait normal, elle paraît ravie. Il tourne les talons, se dirige lentement vers l'escalier, qu'il grimpe tranquillement. Une fois parvenu en haut, il tourne à droite dans le couloir, pousse la troisième porte. La tire derrière lui, refermant soigneusement. La pièce est pratiquement semblable à toutes les autres chambres présentes à cet étage. Gris les murs, gris le ciel. Gris le lit, sur lequel il s'asseoit en tailleur. Il ferme les yeux un instant, espérant comme à son habitude avoir rapidement un moyen de s'échapper d'ici. Un coup sec sur la porte, qui s'ouvre sans attendre de réponse. Une femme austère qui passe la tête par l'entrebâillement. Tom ? Tu as de la visite. Voici Mr. Dumberton [...]


Ses pas crissent à peine sur les feuilles trempées. Quelque faible rayon de lune parvient à percer à travers les arbres, éclairant péniblement sa route. Il respire tranquillement, cela ne semble pas le déranger. Le parc était désert à cette heure avancée de la nuit, de même que le château, et à présent la forêt ; personne ne les a ainsi vu se glisser au dehors. L'air est frais, il frissonnerait presque. Silencieux depuis qu'ils sont sortis, il glisse finalement un regard vers l'autre. Vérifie qu'il suit. Hoche très brièvement la tête, sans cesser un seul instant d'avancer. Pas spécialement pressé, il n'aime simplement pas gaspiller de temps inutilement. Ce n'est pas comme s'ils pouvaient se permettre de disparaître trop longtemps. Qui sait qui pourrait finir par remarquer leur absence. Après, les dénoncer, cela reste autre chose. Il n'est pas grand monde qui oserait le faire, tout de même. Ce n'est pas sa faute s'il est aussi terriblement craint, après tout. Enfin, peut-être que si. Bon,d 'accord, il a toujours apprécié inspirer la terreur, le respect. Depuis l'orphelinat londonien où il a échoué à sa naissance, il aimait déjà. Terrifier ses moldus de camarades. Évidemment à l'époque il ne les nommait pas ainsi, ne se sachant lui même pas officiellement sorcier ; quoi que différent. Vous connaissez cette sensation, lorsque vous vous sentez, et vous savez, bien au dessus de ceux qui vous entourent. Ce n'est même pas un choix que de les mépriser ; plus une nécessité. Ce serait stupide, et même impossible, que de s'abaisser à leur hauteur. Alors autant en profiter, hm. Cette sensation s'est légèrement atténuée en entrant à Poudlard, quoi qu'elle ne se décide toujours pas à partir définitivement. Un regard dans son dos. Ici, par exemple, c'est un peu plus supportable. Pas qu'il n'apprécie pas sa supériorité, loin de là. Simplement que parfois, avoir quelqu'un qui se rapproche de votre niveau, ça a quelque chose d'agréable, avouez le. Ce 'suiveur'-ci, est plutôt intelligent, pas trop mal pour son genre. C'est reposant, de ne pas avoir à tout expliquer plusieurs fois. De ne pas avoir à tout expliquer rien qu'une fois, d'ailleurs. La confiance sans faille peut s'avérer agaçante à force, mais pour le moment elle est utile. Il en profite, évidemment. Sans elle ils ne seraient pas ici. Il ne fait pas bien chaud, finalement. Tu as froid. Simple constatation ; ton lisse et inexpressif. L'autre tremble presque. N'importe quelle personne censée aurait pris quelque chose pour parer à cette éventualité. Lui même resserre légèrement la lourde écharpe aux couleurs de Serpentard posée sur ses épaules ; ses propres couleurs, en quelque sorte. La découverte a en partie rattrapé la frustration causée par le côté paternel. Après tout, compter Salazar Serpentard parmi ses aïeuls vaut bien un moldu de père. Même si c'est à lui qu'il doit son nom. Porter un nom moldu est assez dérangeant, en vérité. Quelle déception. Et puis avec la déception, vient immanquablement le questionnement. Comment une sorcière a-t-elle bien pu mourir ? Pour lui la mort est quelque chose de totalement inconcevable, et de particulièrement atroce. Cesser d'exister ; tomber dans l'oubli. Cette simple pensée suffit à le faire trembler, ou presque. En tous cas, il est clair qu'il ne souhaite en aucun cas subir cela. Il ferait presque tout pour l'éviter, il a d'ailleurs déjà trouvé un moyen de d'y substituer. Moyen encore à l'étude, certes. Mais tout de même existant. Il sait qu'il y parviendra, après tout il a une tendance particulière à réussir la plupart des choses qu'il entreprend. Comme s'il allait se plaindre. Après tout, il n'est pas quelque chose comme l'un des meilleurs élèves de l'école pour rien. Il est même plutôt fier de lui, et d'ailleurs, il peut. N'importe qui n'aurait pas pu trouver ou effectuer la moitié de ce qu'il a fait depuis son arrivée officielle dans le monde magique. Et, quel monde magique. Bientôt, il en sera maître. C'est incontestable, il est né, a été créé, pour le pouvoir. Rien ne l'attire plus en ce monde, et il y a bien une raison à cela, c'est évident. Rien qu'à voir la façon dont il peut se servir de qui il veut. Une fois, un peu plus d'un an auparavant, il avait du aller jusqu'à embrasser une fille pour obtenir d'elle ce qu'il convoitait. La potiche était aux anges, quand lui n'avait strictement rien ressenti. Un certain dégoût, habituel, du au fait de toucher quelqu'un ; rien de plus. L'effet avait au final été des plus désagréables, et il s'était débrouillé pour ne jamais avoir à réitérer cette corvée. Néanmoins il possède bien d'autres façons de se faire obéir, et n'en use que trop souvent. Il ralentit l'allure, presque arrivé à sa destination. Il a toujours possédé un certain don pour flairer, repérer ce qui mérite son attention. Ou du moins savoir ou les chercher. Voir à qui demander de les chercher, mais c'est encore autre chose. Il rabat sa capuche sur ses cheveux bruns, avançant à présent à pas presque prudents. On prend simplement ce qu'on est venus chercher, et on s'en va aussi sec. Pas la peine de s'attarder. Pas la peine non plus de lui rappeler qu'il n'a pas pris la peine de lui dire ce qu'ils étaient venus chercher, hm.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

you're gonna go far, kid の tej.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» if you ride like lightning you're gonna crash like thunder + priaspen
» I'm gonna love ya, until you hate me. [+18]
» (F) SERINDA SWAN ▬ you're gonna see my heart broken into pieces
» if you look in the face of evil, evil's gonna look right back at you. ⊹ (jaime)
» HEATHER ► i'm gonna live like tomorrow doesn't exist. †
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oubliettes :: Accueil :: Présentations :: Présentations validées-